Que signifie être conseiller(ère) en Méthodologies Agile?

En guise d’introduction, attardons-nous d’abord à l’étude du mot « méthode ». Selon l’Encyclopædia Universalis, il s’agit d’un mot d’origine grecque signifiant « chemin : celui tracé à l’avance et qui conduit à un résultat ».

La méthode se rapporte donc à la meilleure façon de conduire un raisonnement, ou se compose d’un programme de recherche. Selon Aristote : « Il faut essayer d’expliquer les causes, celles des propriétés communes autant que celles des propriétés particulières ».

Si toutefois nous parlons de méthodologies, au pluriel, nous avons alors là plusieurs doctrines ou plusieurs sujets de connaissances (Agile, Lean, Management 3.0, Xtreme Programming, Waterfall, DevOps, BizDevOps, BizDevSecOps, etc.).

Les méthodologies, quelles qu’elles soient, répondent à deux questions. Dans un premier temps, à une question plus « pratique », c’est-à-dire : « Comment faire, quoi entreprendre afin d’atteindre un objectif spécifique? ». Et dans un second temps, à une question plus « pragmatique », c’est-à-dire : « Comment transformer un paradigme ou adopter une doctrine selon le(la) quel(le) n’est vrai que ce qui fonctionne réellement en adoptant une posture orientée sur l’efficacité? ».

En qualité de conseiller en méthodologies, il me semble essentiel d’être à la fois pratique et pragmatique. La notion de transformation est constituée d’une composante d’action, qui comporte la connaissance et nous pousse dans le domaine de l’expérience ou de l’expérimentation, si celle-ci est systémique.

Être un conseiller en méthodologies, c’est avoir la faculté de transmettre un certain savoir dans la compréhension et l’utilisation des méthodes pour arriver à un objectif : celui d’une transformation, par exemple, qu’elle soit humaine, organisationnelle ou liée aux processus. Mais au-delà des méthodes, le conseiller doit mettre en lumière les résultats attendus pouvant prendre plusieurs chemins et n’étant pas clairement tracés à l’avance, allant ainsi à l’encontre de la signification du terme employé. Ce qui m’amène à penser que le terme « méthode » pourrait être remplacé par un autre, tel que « philosophie » (Agile, Lean etc.). Ce mot d’origine grecque signifie « l’amour de la sagesse ». Détail supplémentaire qui retient mon attention, avant d’être placé dans la catégorie du savoir général : « sophia » (Philosophia) signifiait l’habileté manuelle dans un art, quel qu’il soit, puis son évolution est venue à désigner la sagesse en connotation avec la connaissance.

Le point commun entre ces deux termes communément utilisés par les conseillers en méthodologies est la connaissance, qui selon moi devrait être l’une des premières vertus du conseiller en méthodologies.

Avec l’ensemble de ses connaissances, le conseiller a comme rôle de constituer une ligne directrice vers l’acquisition de ces dernières, menant à l’atteinte des objectifs d’une transformation requise, pour ensuite tracer une courbe d’apprentissage évolutive et progressive. Il doit avoir acquis la sagesse nécessaire pour guider et utiliser la méthode adéquate et ainsi la transmettre, sans pour autant y être attaché lui-même.

Pour moi, être un conseiller en méthodologies Agile, c’est être un philosophe méthodologiste ancré dans une démarche de réflexion sur des savoirs en constante évolution.

Christine Labarbe

Conseillère stratégique Agile chez ABna

Menu